• aborchio-fontimp

#52 Courrier - Parfumeries Fragonard et obtention du label Entreprise du Patrimoine Vivant

Monsieur le Ministre,


La France est une terre de savoir-faire d’excellence. Des savoir-faire qui ont résisté à l’épreuve du Temps, qui ont été polis par celui-ci et qui, aujourd’hui, contribuent au rayonnement à l’international de notre beau pays.


La parfumerie appartient à ces arts français que le monde nous envie. Originaire en grande partie du Sud de la France du fait de son climat chaud et de l’abondance de ses cours d’eau, cette dernière s’est principalement développée au sein de la ville de Grasse. Connue depuis le Moyen-Age pour ses tanneries, celle qu’on surnommera plus tard la Cité des Parfums spécialise son industrie dès le XVIIème siècle lorsque la corporation des maîtres gantiers parfumeurs est créée. Au fil des ans, de grandes familles voient le jour et les usines de Grasse deviennent incontournables.


C’est sur cette terre de la parfumerie de tradition, dans cette patrie de nombreux ‘’nez’’ célèbres, que naissent Les Parfumeries Fragonard. Fondées en 1782, elles portent tout d’abord le nom des Etablissements Mottet avant d’être rachetées en 1926 par Monsieur Eugène Fuchs qui les rebaptise. Aujourd’hui, l’entreprise est dirigée par trois sœurs Anne, Agnès et Françoise Costa, arrière-petites filles d’Eugène Fuchs. Si toutes ensemble elles détiennent le capital de l’entreprise Les Parfumeries Fragonard, ce sont Mesdames Agnès et Françoise Costa qui la dirigent depuis 1983. Formées par leur père Monsieur Jean-François Costa, - qui détenait lui-même son Savoir de son propre père et de son oncle Monsieur Georges Fuchs -, elles s’efforcent d’incarner une nouvelle génération de parfumeurs à la fois pleine de créativité et d’audace mais également respectueuse des traditions et des savoir-faire ancestraux. Un savoir-faire qui conditionne la fabrication des parfums et des produits parfumés de la maison Fragonard à la seule ville de Grasse et ce depuis l’inscription de celui-ci au patrimoine mondial de l’UNESCO en novembre 2018. Ainsi, la majeure partie des usines Fragonard y sont localisées ; la plus ancienne étant celle appelée « l’usine historique » dont les fondations originelles remontent au XVIIIème siècle.


Détentrices également de trois musées parisiens, Les Parfumeries Fragonard jouissent d’une notoriété départementale, régionale, nationale et internationale qui n’est plus à démontrer. En effet, outre son patrimoine matériel et économique, l’entreprise a été valorisée par de nombreux prix ; en 2013, le prix « Women Equity For Growth » récompensant les performances économiques d’entreprises dirigées par des femmes ; en 2016, le « Prix Chaptal » des arts chimiques par la Société d’Encouragement pour l’industrie nationale ; en 2018, le prix « Elle Beauté, section Parfumerie » ainsi que le Trophée « Savoir Faire » décerné par l’association Femmes du Tourisme 9ème édition ; ou encore en 2019, le prix « Coup de Cœur France Elle Beauty Awards » pour le parfum Fleur d’Oranger Fragonard.


Fières de ce savoir-faire reconnu et primé, les sœurs Costa ont bien conscience que trois impératifs s’imposent à elles : la préservation, la valorisation et la transmission de ce savoir-faire. C’est dans cette logique que les usines accueillent chaque année près de 50 000 élèves de toute nationalité afin de les sensibiliser à la création de parfum. C’est dans cette logique que l’entreprise forme, au sein de ses trois usines, presqu’une vingtaine d’apprentis qui apprennent auprès des équipes de création et de production. Et c’est dans cette même logique que Les Parfumeries Fragonard ont décidé de candidater à l’obtention du label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) dès 2016.


Créé en 2005, le label EPV a pour principal objectif la valorisation d’un savoir-faire artisanal ou industriel d’excellence. Vous le savez, son obtention repose sur des conditions strictes comme l’exercice d’une activité de production, de transformation, de réparation ou de restauration, l’enregistrement au Répertoire des Métiers et/ou au Registre du commerce et des sociétés, la détention d’un patrimoine économique spécifique ou encore l’implantation géographique et la notoriété de l’entreprise.


Monsieur le Ministre, par deux fois Les Parfumeries Fragonard ont déposé un dossier de candidature et par deux fois un refus de labellisation leur a été exprimé. Au cours de récents échanges, la Famille Costa nous a fait part de son incompréhension quant à ces décisions. Si la légitimité de celles-ci n’est pas remise en cause, leur bien-fondé pose question. En effet, contre toute attente, il a été reproché à la maison Fragonard de ne pas posséder un ‘’nez’’ interne à l’entreprise. Or, les conditions d’obtention du label ne mentionnent nullement ce critère. Il est certes question de « détention d’un savoir-faire rare reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité » ; mais ce « savoir-faire rare » est bel et bien présent et détenu au sein de l’entreprise et ce par dix-neuf personnes dont Madame Agnès Costa elle-même. Cette dernière est d’ailleurs épaulée par Mesdames Céline Ellena et Karine Dubreuil sur l’aspect création olfactive. ‘’Nez’’ de Fragonard depuis 2016, Madame Ellena est petite-fille et fille de parfumeurs grassois. Indépendantes et grassoises d’origine, Mesdames Ellena et Dubreuil s’avèrent être des parfumeurs talentueux. Toutes deux apportent leur talent de ‘’nez’’ à la créativité de Madame Agnès Costa qui, par ses inspirations, donne à la maison Fragonard cette image créative, dynamique et originale que l’on ne trouve nul par ailleurs.


Monsieur le Ministre, vous l’aurez sans doute compris tant par la longueur que par les détails de ce courrier, il nous tient à cœur de défendre l’excellence d’un savoir-faire de notre territoire en portant à votre connaissance le sentiment qui habite la maison Fragonard. Au fil des refus, à l’incompréhension est venue s’ajouter une frustration chez l’ensemble du personnel œuvrant chaque jour avec passion au cœur des usines et qui attend la juste reconnaissance de son travail. Comme nous vous l’avons dit en introduction, la France est une terre d’excellence. Sachons reconnaitre et récompenser les personnes qui la préservent et la font vivre au quotidien.


Conscients que votre ministère fait de l’accompagnement et de la valorisation des entreprises une de ses priorités, nous sommes certains que vous entendrez leur demande et y apporterez la plus grande attention.


Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de notre très haute considération.

JÉRÔME VIAUD MICHÈLE TABAROT ALEXANDRA BORCHIO FONTIMP