• aborchio-fontimp

#31 Courrier - Faiblesses du fonds de solidarité en cas de reprise d’entreprise

Monsieur le Ministre,


"Beaucoup d'entreprises, notamment les plus petites d'entre elles, les TPE, des artisans, des commerçants, redoutent de ne pas arriver à faire face à l'échéance du printemps prochain, en termes de délais de remboursement et en termes d'échéancier de remboursement. Je vais donc regarder dans les heures qui viennent la réponse que nous pouvons apporter sur cette question » ce sont par ses mots que vous venez d’annoncer le 3 janvier 2022, le renforcement des aides aux entreprises et au secteur du tourisme.

Pourtant, beaucoup de situations demeurent sans réponse. A titre d’exemple, le fonds de solidarités outil généralement pertinent, est à l’origine d’une profonde rupture d’égalité entre les entreprises qui peuvent justifier d’un chiffre d’affaires pour l’année post-covid et les entreprises nouvellement créées.

En outre, cette situation est d’autant plus dommageable qu’en plus d’être exclues de facto du bénéfice du fonds de solidarité, ces entreprises ne disposent d’aucune trésorerie.

Comment dès lors, en vertu de leur implantation nouvelle pourraient-elles amortir d’importants coûts fixes ?


En effet, du fait des confinements successifs, des fermetures administratives et des restrictions diverses, de nombreuses entreprises ont vu leur activité réduite à peau de chagrin après seulement deux années d’existence.

C’est notamment le cas d’un hôtel-restaurant installé dans mon département des Alpes-Maritimes. Saisie par Monsieur Eric RAMOS, je ne peux être que sensible à la situation dans laquelle il se trouve. Hôtelier-restaurateur expérimenté et reconnu dans son métier, il est tout simplement, confronté à un système profondément injuste.


Presque deux ans après l’ouverture - en février 2020 - de l’Hôtel de la Mer et du restaurant Le Sologny dans la Ville de Vallauris Golfe-Juan, Monsieur Eric Ramos ne peut que constater l’amoncellement de sa dette et les annulations de ses clients en cascade. Aujourd’hui désarmé et abandonné, ce dernier ne pourra bientôt plus payer ses factures, ses crédits, son loyer ni même rembourser ses prêts garantis par l’Etat.


Monsieur le Ministre, je vous sais déterminé tout comme moi, à effacer l’injustice due aux circonstances sanitaires. L’audace et l’innovation au profit du dynamisme et de l’emploi ne devant jamais être des fardeaux, je suis convaincue de l’intérêt d’épauler celles et ceux qui ont la malchance d’entreprendre à la veille d’une crise que personne ne pouvait prédire.


Dans cette perspective, je vous demande de bien vouloir remédier à cette situation injuste en facilitant de manière rétroactive le paiement de leurs coûts fixes.

Vous remerciant de votre soutien pour cette profession en grande difficulté, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l'expression de ma haute considération.

ALEXANDRA BORCHIO FONTIMP


9 vues0 commentaire