• aborchio-fontimp

#14 Question Ecrite - La sécurité des agents de police et des militaires de la gendarmerie

Madame Alexandra Borchio Fontimp Sénatrice des Alpes-Maritimes attire l’attention du Ministre de l’intérieur, sur l’impérieuse nécessité d’améliorer la protection des agents de police et des militaires de la gendarmerie nationale.

Nos agents de police et nos militaires de la gendarmerie n’ont jamais été autant la cible d’attaques terroristes. Ils sont souvent même attaqués au cœur de ce qui devrait être un sanctuaire : les commissariats et les brigades de gendarmerie.


Au même titre que leurs collègues sur le terrain, les agents administratifs doivent au vu du contexte d’insécurité actuel être davantage protégés. Fonctions d’accueil, d’archivages, de traitement, les tâches des agents administratifs de police sont multiples. Ils sont des rouages indispensables au bon fonctionnement de nos commissariats. Le tragique et lâche assassinat de Madame Stéphanie Monfermé, agent administratif de la police, le vendredi 23 avril dernier au commissariat de Rambouillet nous a fait réagir, il nous faut maintenant agir. Souvenons-nous aussi de Jessica Schneider, agent administratif de police et de son mari, Jean-Baptiste Salvaing, officier de police qui ont été abominablement tués à leur domicile, le 13 juin 2016 à Magnanville. Combien d’assassinats va-t-on encore laisser perpétrer sur notre sol national, contre nos agents de sécurité ?


Gouvernement et Parlement ne peuvent se résoudre à laisser s’alourdir cette liste comportant le nom des femmes et des hommes qui, vouant leur vie à sauvegarder la nôtre, ont perdu la leur. Ainsi et en continuité des propositions d’ores et déjà formulées lors d’un précédent courrier, Madame Alexandra Borchio Fontimp souhaite insister sur l’impératif de transposer dans cette désormais triste réalité, les belles paroles en actes. Bien que le gouvernement manifeste souvent son attachement à protéger nos forces de l’ordre des actes déplorables et mortifères de certains, les faits divers font état de lacunes intolérables dans leur protection. Pourtant des solutions existent, les acteurs de terrain ne cessent de les porter à votre connaissance. Si certaines supposent une mise à disposition des matériels, comme l’instauration de plots anti-intrusion devant les commissariats ou casernes de gendarmerie, d’autres reposent sur une volonté de favoriser l’accès à des formations en lien avec la lutte contre la menace terroriste.


Madame la Sénatrice demande au Gouvernement d’améliorer la sécurité de nos agents de police et militaires de la gendarmerie en adoptant des mesures concrètes rapidement.

ALEXANDRA BORCHIO FONTIMP

10 vues0 commentaire