• aborchio-fontimp

Les universités veulent croire à leur réouverture prochaine

Courrier à la Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation


Le milieu universitaire est mécontent et inquiet de la gestion de crise menée jusqu’à présent par le Gouvernement. Loin de s’opposer inintelligemment, il conteste aujourd’hui l’opacité des directives à suivre pour la réouverture des Universités prévue au 20 janvier prochain. Sans devoir rappeler l’attachement viscéral réciproque entre professeurs et étudiants, vous le connaissez j’en suis certaine, je vous alerte sur les effets d’une communication indéchiffrable et donc éprouvante pour eux.


Les universitaires sont fatalistes et doutent d’une reprise partielle en présentiel à la suite des fêtes de Noël et de fin d’année. Ils ont vécu les conséquences du premier déconfinement avec la fermeture brutale et complète des établissements de l’enseignement supérieur, entrainant les difficultés que nous connaissons aujourd’hui. Le numérique présente des vertus mais le distanciel est un vecteur d’inégalités indiscutable ; comment demander à un(e) étudiant(e) qui n’a pas d’ordinateur de suivre une journée de cours via des outils numériques ? comment évaluer un(e) étudiant(e) qui doit suivre une journée de cours dans une voiture car son contexte familial ne lui permet pas de le faire dans son foyer ? comment donner le courage de continuer à des étudiant(e)s décrocheurs sans pouvoir leur témoigner un véritable soutien comme le permettent les rencontres en présentiel ? Toutes ces questions restent sans réponse, le gouvernement apportant certes des aides financières mais aucune véritable réflexion structurelle.


Au fondement du principe de l’autonomie des universités, il semble que le gouvernement ait laissé peser sur elles les conséquences de son manque de capacité à anticiper. À ce stade de connaissance de l’épidémie, quand bien même des inconnus persistent, il est inconcevable qu’aucune indication claire et précise ne soit annoncée aux différentes composantes des Universités.


Chevillées au corps par la passion de la transmission du savoir, les universités souhaitent pouvoir mettre en place les meilleures conditions pour le retour prochain – nous l’espérons - des étudiantes et étudiants. Ne laissez plus les universités dans un flou politique et donc pratique, cela affaiblira certainement et durablement notre jeunesse.


Madame la Ministre, il est urgent que vous précisiez les modalités de mise en œuvre des règles d’ores et déjà annoncées. De surcroît, il est impératif de dresser rapidement un calendrier lisible à destination des Universités pour qu’elles aient la possibilité pour cette fois d’anticiper vos décisions.


Envoyé le 16 décembre 2020

3 vues0 commentaire

Formulaire d'abonnement

©2020 par Alexandra BORCHIO FONTIMP. Créé avec Wix.com