• aborchio-fontimp

#4 Courrier - Les "extras" sont en danger

Dernière mise à jour : avr. 22

Courrier Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion


La crise sanitaire du COVID 19 qui bouleverse la France depuis huit mois, affecte gravement l’ensemble de son économie touristique. Par ce courrier, nous souhaitons, tout particulièrement, vous alerter sur la situation de détresse que traversent les intermittents de l’hôtellerie, de la restauration, de l’évènementiel (RHE), plus connus sous l’appellation « extras ». La question de l’emploi dans ce secteur doit inévitablement interpeller les pouvoirs publics. Les freins sanitaires et économiques qui frappent ce secteur à risque, conjugués à la prudente réouverture des plages françaises, restaurants et autres activités touristiques, catalysent déjà toutes les peurs d'un secteur qui emploie près de 500 000 saisonniers chaque année.

Dans notre département, la situation est catastrophique. La triple crise que nous vivons - la tempête Alex, l’épidémie covid et les attentats - affaiblie le secteur du tourisme dans sa globalité et plus que les autres compte tenu de la nature de ses emplois saisonniers spécifiques été/hiver. Les professionnels de ce secteur se sont retrouvés dans l’impossibilité de bénéficier des mesures de soutien, en raison de leur activité. Le secteur du tourisme représente 18% du PIB de la Côte d’Azur, ce qui est considérable. Pour répondre rapidement et efficacement, nous souhaiterions la mise en place d’une règlementation spécifique de l’assurance chômage différant du régime général sur plusieurs points, tels que la durée minimale requise de travail permettant l’ouverture des droits, leur durée ainsi que la nature de leurs cotisations chômage. De plus, il serait essentiel de pouvoir mettre en place pour cette filière une prorogation des droits chômage acquis pour une durée de douze mois. Ce qui permettrait aux intermittents d’avoir une marge de manoeuvre essentielle à leur avenir. Madame, la reconnaissance d’un statut particulier des intermittents du tourisme permettrait à la fois de répondre à leurs inquiétudes grandissantes tout en préservant la richesse de leurs compétences.

0 vue0 commentaire