• aborchio-fontimp

L'enseignement agricole est fragilisé

Courrier Ministre de l'Economie et des Finances


Au Sénat, la Commission de la Culture, de l’éducation et de la Communication du Sénat a émis un avis défavorable sur le programme 143 consacré aux crédits relatifs à l'Enseignement technique agricole du projet de loi de finances pour 2021. Après de nombreux échanges, il fut évident d’opposer notre vote à une loi qui réduit nettement le budget et supprime des postes. L’Enseignement technique agricole est une filière souvent stigmatisée, comme parfois peut l’être l’apprentissage, en argumentant sur le fait que ces filières techniques ne sont pas des voies d’excellence. En réponse à ces jugements, encore trop nombreux, le Gouvernement souhaite affaiblir encore plus cette formation. Une décision politique qui se traduit par une incohérence totale entre les enjeux agroécologiques actuels et cette baisse des crédits. En d’autres termes, le Gouvernement demande à ces Lycées de faire « mieux » avec beaucoup « moins ». Le Lycée agricole d’Antibes, Campus Vert d’Azur, rayonne dans le Département. Innovation, performance, qualité de l’enseignement … la structure de cet établissement est solide grâce à une équipe dirigeante soucieuse des étudiants pour qui la formation des jeunes doit être une priorité nationale ! Vous comprendrez, Monsieur le ministre, l’incompréhension la plus totale à laquelle font face les différents acteurs de l’Enseignement technique agricole depuis les annonces du Gouvernement. Il est encore temps donner à l’Enseignement agricole les moyens d’assurer ses missions.

0 vue0 commentaire

Formulaire d'abonnement

©2020 par Alexandra BORCHIO FONTIMP. Créé avec Wix.com