• aborchio-fontimp

#22 Question écrite - L'insertion dans l'emploi des 50 ans et plus

Madame Alexandra Borchio Fontimp attire l’attention de Madame la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion sur la situation des Français âgés de 50 ans et plus face à l’emploi. L’insertion des jeunes dans le monde du travail a toujours été une priorité pour les gouvernements successifs.


Préoccupation majeure, l’avenir de la jeunesse de France ne doit cependant pas occulter celui des Français formant la dernière catégorie de salariés : les 50 ans et plus.

Après examen des taux de chômage par tranches d’âge, il s’avère que ces derniers sont les moins frappés, avec un taux qui oscille entre 5,5 et 6,2 en 2020. Néanmoins, le 2ème trimestre de l’année 2021 apporte une nuance à ce constat et mérite d’être soulignée. Si les chiffres sont à la baisse pour la catégorie des 15-24 ans et des 25-49 ans, le taux de chômage remonte pour les 50 ans et plus, passant de 5,5 à 5,9%. A l’heure où la population française est de plus en plus vieillissante, - avec une progression significative de 4,7 points en vingt ans de la part des personnes âgées d’au moins 65 ans -, il semble impératif que les politiques publiques s’intéressent à cette catégorie de salariés. Déjà, en 2018, une étude de la Direction de l’Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) relevait que le taux d’activité des 55-64 ans était inférieur de 5,7 points à celui des vingt-huit pays de l’Union Européenne. Un état de fait qui semble trouver une explication dans les politiques de l’emploi menées en France à partir des années 70.


Si ces politiques ont été abandonnées depuis plusieurs années et que des efforts ont été faits afin de permettre aux travailleurs âgés de plus de 50 ans de se maintenir dans l’emploi, le combat semble loin d’être gagné. Le Défenseur des Droits et l’Organisation Internationale du Travail révèlent, au sein de leur 5ème baromètre, que l’âge est le premier critère des discriminations ressenties par les salariés. Pire encore, les salariés âgés de plus de 50 ans ont un accès restreint à la formation (35% contre 49% des salariés plus jeunes) et 20% des offres d’emplois analysées en France affichent un critère d’âge, contre seulement 1% chez nos voisins Britanniques. Perçus comme ‘’trop coûteux’’ et ‘’imperméables aux changements’’, ceux baptisés les ‘’seniors’’ sont, par ailleurs, ceux qui demeurent le plus longtemps au chômage, - avec 713 jours au 3ème trimestre 2020 contre 315 jours pour les autres demandeurs d’emploi -.


A l’aube d’une nouvelle réforme des retraites, les travailleurs de 50 ans et plus attendent du Gouvernement un soutien sans faille et des avancées significatives. Un soutien qui leur garantirait un accès durable à l’emploi jusqu’à l’âge de leur retraite. Puisque travailler plus et plus longtemps doit aller logiquement de pair avec un accès à l’emploi, Madame Alexandra Borchio Fontimp désirerait connaître les ambitions du Gouvernement visant à favoriser l’insertion des Français âgés de plus de 50 ans dans le monde du travail.


ALEXANDRA BORCHIO FONTIMP

40 vues0 commentaire