• aborchio-fontimp

#18 Courrier - Dépenses engendrées par la crise sanitaire par la commune d’Antibes Juan-les-Pins

Monsieur le Ministre,


Nous traversons une crise sanitaire, économique, sociale mais aussi démocratique, comme en atteste le taux d’abstention record au 1er tour des élections départementales et régionales de dimanche dernier.

Depuis plus d’un an maintenant, nos collectivités territoriales n’ont cessé de mettre en place des actions concrètes sur le terrain, illustrant au mieux leur fonction d’alliées inconditionnelles de votre Gouvernement lorsqu’il s’agit de protéger la santé des Français.

Tant le Président de la République que ses ministres annonçaient avec fierté un soutien de l’Etat exceptionnel. On mesure aujourd’hui combien cette promesse était vaine. Le « quoi qu’il en coûte » ne semble pas concerner nos collectivités territoriales puisque vos actes ne sont que rarement à la hauteur de leurs espérances.


Monsieur le Ministre, je vous avais interpellé le 1er juin dernier lors du débat qui s’intéressait aux conséquences économiques de la crise sanitaire pour les collectivités territoriales. Désemparé face à cette kyrielle de chiffres dont chacun sonnait comme autant d’échecs, vous n’aviez pas répondu à ma question.

Investie, je vous avais fait parvenir un courrier en date du 7 juin 2021 afin de prolonger ce débat au combien important et obtenir finalement une réponse de votre part. Je ne peux me résoudre à votre silence. Le temps de la reddition de compte est venu.

D’autant que la défiance des collectivités territoriales à votre encontre plus que de perdurer, ne cesse de s’accroitre. En témoigne le coût de fonctionnement des centres de vaccination qui sont endossés par les seules communes.


En ce qui concerne mon territoire, je souhaite porter à votre connaissance que depuis le 15 janvier 2021, la ville d’Antibes Juan-les-Pins a engagé près de 1.004.918€ pour le fonctionnement du centre de vaccination.


La ville a formulé une demande de financement auprès de l’Agence Régionale de Santé laquelle lui a proposé une convention qui exclut les dépenses liées à la mise à disposition du personnel pendant le temps de travail habituel. Cette catégorie représente évidemment, et vous le savez, le poste de dépense le plus important. Comment ne pas douter que l’Etat se déconnecte toujours plus de la pratique de terrain.


Ainsi, le « quoi qu’il en coûte » se résume à 148.174€, soit à peine 15% des dépenses engagées par la commune. Vous en conviendrez, Monsieur le Ministre, la déception des collectivités territoriales est à la hauteur du mépris qu’il leur est imposé.


Monsieur le Ministre, entendez l’appel des collectivités territoriales, qui ont montré toute leur valeur et utilité lorsqu’il s’agit de répondre aux attentes des administrés et de combler les lacunes.


Les collectivités territoriales ont répondu présentes pour vous soutenir dans l’effort national contre la pandémie de Covid-19. Elles attendent de vous, à présent, que vous les souteniez à affronter les enjeux à venir, qu’ils soient sanitaires ou autres. Elles contractent de lourdes dépenses afin d’assurer la continuité du service public de santé, dans le seul but de satisfaire à l’intérêt général.


Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes hommages respectueux.


ALEXANDRA BORCHIO FONTIMP

9 vues0 commentaire