• aborchio-fontimp

#48 Courrier - Sensibilisation au bien-être animal à l’Ecole – Demande de précisions

Monsieur le Ministre,


L’Ecole a la lourde responsabilité de former les citoyens de demain. En plus de leur inculquer les savoirs fondamentaux indispensables tant à leur développement personnel que professionnel, elle s’évertue depuis plusieurs années à éveiller leur sensibilité et leur réflexion sur des problématiques contemporaines. Egalité Femme-Homme, protection de l’environnement, bien-être animal, autant de sujets avec lesquels nos enfants grandiront. Mais grandir ne veut pas dire accepter ou se résigner.


Consciente qu’elle ne peut plus être chaque année la championne en titre du record du nombre d’abandons d’animaux de compagnie, - ils étaient déjà 12 049 mercredi 3 août dernier à avoir été recueillis par la SPA -, la France a voulu réagir en conséquence en adoptant le 30 novembre 2021 la loi visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter les liens entre les animaux et les hommes. Toute répression étant vaine sans prévention, son article 25 instaure un module de sensibilisation au bien-être animal au sein de service national universel (SNU) mais également à l’école primaire, au collège et au lycée. Pour autant, si grâce à mon amendement le module du SNU a été précisé, un flou total entoure celui mis en place à l’Ecole. Le 24 mars 2022, j’avais déjà alerté votre Ministère sur ce sujet par le biais d’une question écrite. Caduque car restée sans réponse, j’ai dû la redéposer le 28 juillet dernier.


A quelques jours de la rentrée, nombreuses sont les familles sensibles à la cause animale à m’interpeler dans l’espoir d’avoir un retour de votre part. Trop de questions sont encore en suspens : Quel contenu ? Ce contenu évoluera-t-il selon les niveaux ? Pour combien d’heures ? Les livres seront-ils adaptés ? Qui sensibilisera les élèves ? Les professeurs seront-ils formés ?


Par ailleurs, à l’heure où un béluga est bloqué dans la Seine à seulement quelques kilomètres de Paris, il est regrettable que la loi limite cette sensibilisation des élèves aux seuls animaux de compagnie. S’ils sont les premiers touchés par la violence de l’Homme, ils ne sont pas les seuls concernés.


Monsieur le Ministre, si la mise en place d’un tel module semble compromise pour la rentrée 2022, ne laissez pas les Français penser qu’il s’agit d’une annonce de plus, d’une mesure accessoire vide de substance existant dans le seul but de donner plus d’éclat à cette loi.


Convaincue de l’intérêt que vous porterez à mon courrier, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma très haute considération.


Alexandra BORCHIO FONTIMP