• aborchio-fontimp

#25 Courrier - Situation des effectifs intervenant dans le secteur psychiatrique

Monsieur le Directeur départemental,


Depuis plus d’un an et demi, notre pays affronte une crise sanitaire d’une force sans précédent. La lutte est longue, douloureuse, semée d’obstacles, de réussites mais aussi de défaites. Elle a obligé les Français à restreindre leurs libertés les plus fondamentales et requiert encore aujourd’hui beaucoup de sacrifices, notamment pour notre personnel soignant.


Puisque la première qualité d’un élu est de porter à la connaissance des autorités compétentes les interrogations légitimes de nos concitoyens, je souhaite vous alerter sur le point de non-retour atteint par le secteur de la psychiatrie. Sensibilisée par un médecin psychiatre exerçant au sein de mon département des Alpes-Maritimes, je ne peux me résoudre à voir ce secteur être réduit comme peau de chagrin. Déjà affaiblie avant l’apparition du Covid-19, l’urgence sanitaire – et donc sociale - a plongé la psychiatrie hospitalière dans la tourmente, tant dans les établissements hospitaliers publics que privés. En effet, ces derniers peinent à répondre aux demandes des malades en raison d’un déficit de personnels qualifiés. Aussi, bien que des offres d’emploi soient présentes, elles demeurent peu nombreuses. Actuellement, dans le département, seules cinq sont visibles sur le site staffsante.fr. L’intérim représente de fait une voie intéressante pour satisfaire à cette demande croissante.


Toutefois, là encore, les espoirs sont battus en brèche. Selon les témoignages qui m’ont été rapportés, les agences d’intérim ne parviennent à satisfaire que 20% des demandes des établissements. Un chiffre bien trop faible et qui risque d’être aggravé par certaines dispositions contenues dans l’entrée la loi n°2021-502 du 26 avril 2021 visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification.


Profondément préoccupée par les conséquences inévitables qu’engendre une telle situation d’urgence pour les patients, je souhaite avoir des précisions supplémentaires. Ainsi, je vous serais reconnaissante de me transmettre un état des lieux des effectifs des psychiatres intervenant dans le département, qu’ils soient en contrat de travail à durée indéterminée, à durée déterminée ou intérimaires.


Certaine que vous prendrez la pleine mesure de l’urgence à apporter des solutions à cet enjeu, veuillez croire, Monsieur le Directeur départemental, en ma haute considération.


ALEXANDRA BORCHIO FONTIMP

5 vues0 commentaire